Article de sorayapaniagua.com sur M3D Madrid



L’association M3D s’est proposée de former tous les habitants de la ville colombienne de Madrid, Cundinamarca, à l’impression 3D.
Il ne s’agit pas que de donner des cours, mais aussi d’aider les personnes à
mettre en oeuvre leurs idées et leurs projets.

Le créateur et promoteur de cette initiative est Philippe Parmentier ,
expert en commerce électronique. Il met également en oeuvre un réseau de commerce collaboratif 3D.


Philippe Parmentier, M3D

J’ai rencontré Philippe Parmentier totalement par hasard.


Je suis allé visiter l’exposition Mil Ojos y Cien Oídos de Santiago Lara et Beatriz Coto dans la galerie Liebre Madrid quand, juste en face, j’ai vu un endroit où la vitrine affiche : Matérializacion 3D.


Je suis entrée et Philippe était là, un entrepreneur français déterminé à découvrir le plein potentiel de l’impression 3D.




 » Je suis autodidacte et travaille sur Internet depuis 15 ans. J’ai commencé dans le monde du SEO et je suis devenu un spécialiste Google en France. Maintenant, disons que je suis un expert du commerce électronique « .
En 2013, Philippe a découvert le monde de l’impression 3D.

 » Je cherchais quelque chose qui était très novateur dans le domaine du webmarketing, et en Janvier 2013, j’ai entendu le discours du président des États-Unis, Barack Obama, qui a plaidé pour l’impression 3D comme un moyen de re-localisation de la production. Obama dit que les Américains doivent fabriquer en Amérique, et non en Chine ou dans d’autres pays.
En fait, nous voyons que tout est globalisé, mais en même temps, les services et la production vont se re-localiser.
En Mars 2013, deux mois après le discours, avec mon associé Guy Kastenbaum, nous avons fondé l’association Red3D « .
Bien que la fondation ait été créée en 2013, l’activité commence réellement maintenant,
en Colombie à travers une entité distincte : la Fondation M3D Madrid .

 » Après quatre mois de travail, nous avons mis en oeuvre un projet dans la ville colombienne de Madrid (département de Cundinamarca).
En octobre nous allons former tous les gens de Madrid à l’impression 3D.
Il ne s’agit pas seulement de faire de la formation, mais aussi d’accompagner les porteurs de projets pour aider,donner les outils et conseiller sur la mise en oeuvre de leurs projets.
Par exemple, il ya trois personnes qui veulent démarrer une entreprise dans le monde de l’impression 3D : une boulangerie, une autre pour fabriquer les imprimantes 3D, et une autre pour faire de la formation « .

Mais pourquoi pour tout un village?
 » Nous voyons beaucoup d’ingénieurs, d’artistes et d’architectes du monde entier qui partagent leurs créations et innovations librement.
Mais nous voyons aussi que la population n’en profite pas. Nous voulons que l’impression 3D profite à la population de façon active, et non une fois que ca sera sur le marché et qu’ils en seraient des consommateurs passifs.
Nous pensons que le faire dans un village est plus facile que dans une grande ville. Cela va permettra à chaque citoyen de profiter de l’impression 3D à leur manière. Nous pensons que cela va générer beaucoup d’innovation au moindre coût. « 


materializacion3d

Materializacion3d. Calle Doctor Fourquet, Madrid

En dehors de la Fondation, Philippe Parmentier travaille sur une autre idée,
celle qui pourra générer des revenus à l’avenir.

Il s’agit d’un réseau 3D professionnel basé sur le commerce collaboratif.

 » Avec le réseau 3D professionnel (Matérialisation 3D) qui va développer un commerce collaboratif et à distance. Nous parlons de la conception d’un objet à un endroit et de sa matérialisation dans un autre endroit. Il ya au moins deux entreprises concernées, une qui conçoit et une autre qui le recoit et qui le matérialise. À l’avenir, on ne va pas envoyer des objets par la poste, mais on va les matérialiser là où se trouve le client.
Ce concept est celui que j’ai l’intention d’organiser. Je travaille dans l’e-commerce depuis dix ans et je pense que c’est ce qui va se passer.
L’industrialisation est maintenant comme la musique sur Internet, tout devrait être donné presque gratuitement, et vous ne payez que pour la personnalisation. Tout sera ainsi, et cela arrivera très vite.
Nous parlons d’un réseau qui permet de matérialiser toutes sortes d’objets, même les voitures « .
Pour mener à bien ce projet de Matérialisation 3D, Parmentier a fait équipe
avec les gars de LemonMaker, deux jeunes ingénieurs de Murcia, Simo et Jaime Jorge Navarro, qui ont commencés leurs carrière plus tôt cette année avec la vente de composants
pour les imprimantes 3D, la formation, le conseil, et le prototypage rapide pour les entreprises.

Note: En Janvier 2013, lors de son État de l’Union, Barack Obama a appelé
pour le retour de la fabrication aux États-Unis et a opté résolument pour l’impression 3D.
Vous pouvez regarder la vidéo ou lire la transcription de l’intégralité du discours.

Pour consulter l’article complet de SorayaPaniagua en espagnol.